imm cecile

Put this music on!

Cécile est une artiste très « musicale ». Le son est un élément fondamental de son travail et on peut s’en apercevoir en donnant un coup d’œil à ses réalisations qui naviguent entre l’installation vidéo, le vjing, le montage de found footage.

Le son auquel elle fait appel est souvent de la musique contemporaine, de l’electro pop, de nouvelles chansons ou des remixes qui te donnent envie de faire bouger tes gambettes.

Pour KSAT CAMP#2, qui a eu lieu le 19 Janvier à la Petite Rockette à Paris, Cécile a présenté une installation réalisée avec des mobiliers collectés sur place, qu’elle a re-manipulé et combiné à une vieille télé.

La télé transmettait des vidéos qu’elle a réalisé. On pouvait y voir 5 de ses vidéos musicales tournées en boucle. On présente ci dessous, en avant première, la nouvelle vidéo que Cécile a présenté pour la première fois au public lors du KSAT CAMP#2, appelée « 2 please U » par Freaks! En bas vous trouverez aussi les autres vidéos faisant partie de l’installation de Cécile. Check it out!

2 please U ( Surreal visit dub ) – Freaks

Extrait vidéo: Cover Girl de Charles Vidor, 1944

Sing Leaf – Generation Ship

Extrait vidéo: The Gang’s all here de Busby Berkeley, 1943

Blackout Babies – Meat Market

Extrait vidéo: Dames de Busby Berkeley, 1934

Shit Robot – Answering Machine

Extrait vidéo: Banana Split (The gang all there) de Busby Berkley, 1943

La dernière vidéo est un morceaux que Cécile a réalisé à partir d’une chanson que lui a filé Marc Collin, producteur de Nouvelle Vague. On ne citera pas le titre, vu que la chanson n’est pas encore sortie.

Extrait vidéo: Bathing Beauty de Georges Sidney, 1944

DSC04651

IF hack KSAT CAMP#2

Dès que la nuit tombe sur l’atelier de la Petite Rockette les objets, pesés, triés, diagnostiqués, nettoyés, réparés, empilés les uns sur les autres, en attendant que quelqu’un leur donne un nouveau destin, se mettent à vivre leur propre vie.

Les interactions entre sons, images et mouvements permettent d’imaginer une conversation onirique et fantastique entre les différents objets et machines de l’atelier. Ils communiquent alors entre eux, nous racontent leur histoire. Ils révèlent leurs secrets cachés, leur utilisation masquée.

L’espace est bouleversé, modifié, désordonné. Quelqu’un ou quelque chose orchestre cette symphonie, détourne ce lieu de son fonctionnement originel comme un hacker qui s’immisce dans un site…

La team IF, lors du deuxième happening KSAT CAMP, a décidé d’investir l’espace de l’atelier de La Petite Rockette. Tout en gardant l’identité propre du lieu et des activités quotidiennes, ils sont intervenus au niveau de l’atmosphère, des sons, des objets, des lumières. Le résultat était magique, ci dessous un aperçu de leur installation éphémère.

27_dsc9915

In the kitchen – Cécile Chaput

Il a quelques temps, j’ai rencontré Cécile pour la première fois. C’était un après midi pluvieux à Paris et j’avais dans la tête les rythmes des chansons françaises d’antan … On a parlé de Tadashi Kawamata (son tuteur à l’ENSBA), de VJs, de Gordon Matta-Clark et d’autres choses…  Ce que j’aime le plus dans mon travail, c’est de mettre à l’epreuve les artistes, en leur demandant de décrire eux mêmes leur parcours artistiques, à travers des indices, des photos et des anecdotes. Il n’est pas aisé pour un artiste de parler de lui même, ça peut donc être une raison de plus pour me détester, mais je persevere.

Voilà alors l’histoire de Cécile.

Not so long ago, I met Cécile for the first time. It was a rainy afternoon in Paris and I had stuck in my head some old school french melodies… We talked about Tadashi Kawamata (her tutor at ENSBA), about VJs, about Gordon Matta-Clark and other things… What I like the most in my work is to challenge the artists by asking them to describe their artistic path through clues, pictures and anecdotes. It’s not easy for an artist to talk about himself, it could be a reason to hate me but I’m doing it anyway.

So Here is the story of Cécile.

//

Cette vidéo a eu un côté révélateur dans mon travail. Quand j’étais encore au lycée, j’ai découvert l’artiste Pipilloti Rist, qui a véritablement chamboulé et changé ma vision et mon rapport à l’art vidéo.

This video was quite revealing to me and for my work. When I was still in high school, I discovered the artist Pipilloti Rist, that truly disturbed and reshaped my vision and my relationship to video art.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=PPC8ir1jdfk&w=420&h=315]

La vidéo en question s’appelle « Aujourd’hui », l’artiste déambule dans un supermarché, s’auto-filmant, elle sur-imprime des figures humaines qui s’incrustent comme autant de pensées projetées. Le spectateur est prié de regarder la bande vidéo, couché sur l’oreille gauche ou bien de tourner le moniteur à 90°. Ce qui m’a particulièrement interpellé, c’est la position de la télévision, qui faisait partie d’une installation. Cette utilisation me fascinait.

The video is called « Aujourd’hui » (« today »), the artist walks around a supermarket, filming herself, she superposes human figures that could be like many projected thoughts. The viewer is welcomed to watch the video while lying on the left ear or by turning the screen of 90°. What striked me most, it’s the position of the television that takes part of an installation. This way of using it fascinated me.

Mes vidéos prenant part à la pièce globale communiquent entre elles, surtout quand j’utilise des vidéos de « seconde-main », comme les meubles des installations dans lesquelles elles sont diffusées. Ces extraits  vidéos, datant d’il y a moins de 50 ans, sont  volontairement abimés par le flux internet, pour justifier leur deuxième vie. Ils sont re-visible sur un écran de télévision. Pour que, quelque part, elles puissent se situer dans un monde après la télévision.

My videos, by taking part of the global piece, communicate between each other, particularly when I use « second-hand » videos, like the furnitures of the installations in which they are used. These video excerpts, created at least 50 years ago, are altered voluntarily by the internet flow, to justify their second life. They are re-seen on a television screen. So that, in a way, they could take part of a world after the television.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=vRAd1o3Tbwg&w=420&h=315]

Temple de l’archétype femme d’intérieur parfaite, la cuisine en Formica, qui se voulait libératrice dans les années 50, ne véhicule à présent, que de la nostalgie. Impossible à reproduire aujourd’hui, le meuble en Formica ne fait que ré-apparaître. De fait, tous les éléments que l’on croise actuellement, peuplant des débarras ou brocantes ne peuvent être que de seconde main. Les structures servant ici de terreau aux sculptures et installations ont déjà vécu une vie et ont déjà accompagnés des familles sur des périodes plus ou moins longues. On peut parler d’objets habités, témoins sourds-muets de l’intimité de foyers; de ce que Pierre Bourdieu appelait Habitus. Extraits de leur milieu « naturel » ainsi que de leur époque, ils reprennent à leur compte la poétique (de l’espace) que Gaston Bachelard leur prêtait en ce qu’ils sont sédimentés de vie et de sens, comme de véritables organes de la vie secrète.

Temple of the archetype of the perfect housewife, the Formica kitchen, which used to be a symbol of freedom in the 50s, represent only nostalgia nowadays. Impossible to reproduce today, the Formica furnitures only reappear. Therefore, all the elements that we run into today in flea markets or antique stores can only be second-hand. The structures used as a base for the sculptures and installations already had a life along with families in a timelapse that’s more or less long. We can talk about inhabited objects, deaf-mute witnesses of the intimicy shared in their home; what Pierre Bourdieu called Habitus. Excerpts of their « natural » habitat and of their own time period, they impersonate the poetry (of the space) that Gaston Bachelard associated to them as they  are aggregates of lives and meaning as true organs of the secret life.

Dans mes installations, j’essaye de nous confronter à des lieux de notre quotidien, que nous sommes capables de reconnaître au premier coup d’œil. La mise en espace fait que nous pouvons nous balader dans  l’œuvre. La notion de sculpture vient de la déformation des objets du quotidien. C’est une cuisine, certes, mais qui devient tout à coup inutilisable, elle n’est plus que vitrine. Non pas la vitrine de la perfection, comme peut l’être l’intérieur d’une bonne femme d’intérieur mais, au contraire, celle du dis-fonctionnement. Elle représente notre vitrine, physiquement, face à toute l’incohérence et la confusion que peut entrainer la recherche de la perfection.

In my installations, I try to confront the viewer to everyday environments, that we are able to recognize at first sight. The setting allows the visitor to walk in the piece. The notion of sculpture comes from the distortion of the everyday objects. It’s a kitchen, indeed, but that suddenly appears as unuseful, it’s only a window. Not the window of perfection, as can be a typical housewive but, in the contrary, the one of disfunctionment. It represents our window, physically, confronting all the incoherence and the confusion that perfection can lead to.

On aura l’occasion de voir une installation vidéo crée par Cécile, lors du prochain rendez vous KSAT CAMP#2, ce samedi 19 Janvier. Ne le manquez pas!

We wil have the opportunity to see a video installation created by Cécile, during the upcoming KSAT CAMP#2, this saturday 19th of January in Paris. Don’t miss it!

Cécile Chaput website

KSAT-CAMP-2-janvier

KSAT CAMP#2 // we’re back!

KSAT CAMP revient après les fetes de fin d’année avec un nouvel événement secret à ne pas manquer!
Comme d’habitude, pour y participer il faudra vous inscrire sur notre guest-list (si vous etes déjà inscrits depuis le dernier événement, il n’est pas necessaire de vous ré-inscrire) > link pour la guest list > http://eepurl.com/slytP
L’adresse du lieu où se deroulera KSAT CAMP#2 sera revelée quelques jours avant l’événement aux contacts inscrits sur la guest-list.

ARTISTES ANNONCÉS : Alice Forge, Anne Devoret et Arthur Hoffman, IF (Erminio Serpente, Cinzia Campolese, Régis Mandrillon, Marguerite Anthonioz), Yasmin Yrondi, Cécile Chaput, Autumn Ahn.

Installation vidéo "iā" par Mélissa Boucher

KSAT CAMP#1 – Les murs murmurent / Speaking walls

 

Le 15 décembre 2012 a eu lieu le premier KSAT Camp du cycle des secrets : Les murs murmurent // Speaking walls.

Les visiteurs étaient invités à s’inscrire sur la liste d’invités pour l’un des quatre horaires proposés afin d’assister au happening. Il leur était donné rendez vous. Arrivés, ils sont accueillis par l’équipe de KSAT qui leur distribue un programme. De l’autre côté de la rue, dans l’ancienne maison de l’éclusier du canal de l’Ourcq, on observe une apparition à la fenêtre. Alice Martins commence sa performance. Elle vient ensuite chercher les visiteurs à l’extérieur et les guident vers la maison. A l’intérieur, on pénètre dans un univers investi par les artistes. Une jeune danseuse habite les lieux et guide les visiteurs à travers toutes les projections et apparitions présentes dans les pièces pour finir dans celle du haut avec Giacomo Mercuriali au son/video. Le public aura ensuite le temps de découvrir les projections et installations par eux mêmes tout en discutant autour d’un verre avant que le prochain tour commence.

December 15th, 2012, the first KSAT Camp of the « Secret » cycle started : Les murs murmurent // Speaking walls.

The visitors were invited to subscribe to a guest list for one of the 4 possible timing of the tour that we offered to attend to the happening. They had an appointment. When arrived, they were welcomed by a member of the KSAT team who were distributing the program. On the other side of the road, in the former house of the lock keeper of the Ourcq canal in Paris, we can see an apparition by the window. Alice Martins starts her performance. She comes outside to pick up the visitors and guide them into the house. Inside, we enter in a universe reappropriated by the artists. A young dancer lives in the house and guides the audience through all the art installations and video projections through the house to end up on the top room with Giacomo Mercuriali doing the music/video. The public will then have some time to discover the art on their own while enjoying a drink and a tchat before the next round starts.

Programme :

Voici toutes les photos de l’événement / Here below all the pictures of the event:

yasmin diary4

Realities went wrong – Yasmin Yrondi

During KSAT CAMP’s Making of I asked Yasmin, a freshman of KSAT team, to present herself through an object she cherishes. She decided to share with me her diary, a sort of logbook of creative inspiration she finds in and around.

Yasmin’s diary is a receptacle of intimate personal anecdotes, a collage of pieces coming from distant realities, fragments of fictional and real stories mashed up in a visual appealing assemblage to re-create new hybrid tales.

« Mal Secreto » is a song by Gal Costa that talks about secret grief, those hurting feelings that we try to hide from the outside world but that destroy us in the inside. The song explains how we try to be relieved from this pain, the eternal agony or the malaise de l’âme that binds us tight…

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=B9utRQ8EGsM&w=420&h=315]

She try to define her character and temperament through words: « I am an excessive person. I might give the impression of being dramatic and unbearable. Normally it is not like that. In any case I think that those elements arise somehow in my art practice, showing off this necessity to express the excesses through drama and it becomes ironic at some point…

(…) I place the characters of my stories in isolated worlds where reality is pushed to extremes, space is not precisely defined and time is stretched to its infinite lenght. I try to make this malaise emerge from those pictures, to point out that where everything seems to work well, eventually it’s not… »

Yasmin is a long time collector of photobooth pictures. She gather known and unknown identities like a meticoulous collector and give them a number but no names. What is their stories? Could we ever guess?

In recent times, Yasmin is focusing her work upon the study of identities, the self-conciousness and the unknown side of people’s appearance.

During KSAT CAMP#1 she decided to install her video projection « Télé-Réalité » into a toilet. Toilets are the renomate place where to find our little moments of intimacy meanwhile we fulfill our « private needs ». She hijacked the room’s function, deciding to project the video on the bathroom’s door. This reel shows people staring at us, as if they were watching through a tv screen, having fun.

Yasmin will soon show another video installation during a next KSAT CAMP event! Stay updated!

et si le plastique devenait PLAST-IF?

IF: 4 jeunes esprits créatifs qui désirent expérimenter du nouvelles formes de travail collaboratif, hors des limites de l’architecture au sens strict. Le groupe s’est formé au début de l’année 2012 et leur première réalisation sera présentée à l’occasion de KSAT CAMP#1. On est heureux de les accueillir dans notre équipe et supporter leur projet!

On leur a demandé de nous faire une petite présentation visuelle et littéraire pour répondre à la question « Qu’est ce qu’est IF? ». Leur réponse dans la suite.

IF n.m (du gaul. ivos). 1. Conifère à feuillage persistant et à baies rouges (arilles), souvent planté et taillé pour l’ornement. (Il peut atteindre 15 m de haut et vivre plusieurs siècles ; genre Taxus, famille des taxacées). Planter des ifs 2. Ustensile de forme conique, garni de pointes, pour égoutter les bouteilles après rinçage. If à bouteilles 3. Groupement de personnes et d’idées voulant donner une nouvelle définition, une nouvelle perspective aux collaborations interdisciplinaires. If est impatient, utopique et créatif. If travaille à donner une dimension différente de ce qui nous entoure, modifier l’espace et interagir avec le public. Si If pouvait, il transformerait la ville en un grand terrain de jeux.

 

 

IF a été invité par KSAT à développer une scénographie pour KSAT CAMP#1.

Ils ont imaginé un environnement onirique spécifiquement pensé pour la structure qu’hébergera l’exposition. En transformant le lieu qu’on leur a donné dans un « ailleurs », ils guideront notre chemin vers la découverte d’une réalité/rêve qui ne cesse de nous fasciner.

Êtes-vous prêt à franchir la porte? KSAT + IF vous attendent!

IF, c’est (aujourd’hui):

Cinzia Campolese – Show designer

Marguerite Anthonioz – Architecte

Régis Mandrillon – Architecte d’intérieur Designer produit

Erminio Alekos Serpente – Architecte

Next: ?

Contact IF: contact@team-if.com

photo-157

My art is fueled by action – Autumn Ahn

Autumn Ahn is an artist from head to toe.

We asked her to describe herself through 3 statements/anecdotes, and here it goes:

1. Saying yes & moving on

My artistic development, and any artistic development, is fueled by action.
My first large projects were made possible by friends offering opportunities. It was a matter of choosing my priorities and saying yes to working late nights painting instead of going to a bar. I chose to create a working environment where I could be productive and also have fun. The best parties happen when there is something to celebrate!

The « Underground » mural in Boston from 2008 was my first big commission. My friend Maria Molteni and I spent one month in 2008 going to the skate ramp everyday and sometimes sleeping there until it was finished. It was torn down 3 months later.

« Learning to let go clears your head and your heart to allow room to focus on new projects. »

2. Collaborations

Screen shot from EXTENDED VIDEO PLAY 2 feat A. Ahn and H. Featherstone by PvonK+TilGold

Part of « saying yes » is also committing to learning new things.

« Collaborations are often experimental and can trigger surprising new ideas »

Pushing beyond my comfort is exciting because it is challenging and it is always more approachable and fun if done with friends! While working on a large installation my friend Holli and I were invited to collaborate on a performance for video-something we have both never officially done. We felt a great connection with the two video artists we had just met and just said yes. There was no heavy planning, we decided on a date, some materials and shot the whole thing one Saturday afternoon. The artists PvonK put a lot of time into editing the video for a larger project. I am not quite sure how this will effect my work, but I’m sure it has influenced my artistic process.

3. Exploring Alone

« Putting myself in a foreign environment is a great way to find inspiration »

When I feel stuck or bored I explore by wandering aimlessly, going to a new bar, taking my bike to work instead of the metro, or traveling to a different country. I always end up finding something beautiful, bizarre or funny.

//

Autumn joined KSAT during Fall 2012, she will present an installation that deals with space and perception during our KSAT CAMP#1 on December 15th! Exciting!

Autumn Ahn website

image 2

Tracer la vie à l’encre noire – Youloune

La première fois que j’ai eu sous mes yeux les croquis de Youloune j’ai été émerveillée par leur personnalité. Comme s’ils étaient vivants, ils me parlaient.

Ses dessins vibrent en fait de l’énergie transférée par les actions qu’elle capture à travers la ligne constante de son trait graphique. Elle nous amène dans un monde d’histoires de danse, d’instants, d’émotions, de regards indiscrets sur l’intimité des gens dans la rue, des rythmes de fête et de joie. Sa capacité à transférer des scènes de la vie quotidienne sur des surfaces inanimées et matérielles ne se limite pas seulement au medium du papier, elle est aussi artiste textile.

Elle transporte son énergie créative sur des objets tridimensionnels, en lui donnant cet esprit dynamique et coloré.
J’oserai dire qu’on voit transparaître, à travers les pièces de Youloune, la vivacité de son regard sur la vie, à la fois regard d’enfant, joyeux et curieux, on la voit dessiner les horizons des relations humaines, elle cherche à attraper le geste éphémère de la vie.
Je n’ai jamais vu Youloune en total black (et probablement on ne la verra jamais). Ca nous dit beaucoup de choses sur son démarche.

J’ai demandé à Hélène de mes donner 3 indices pour découvrir sa personnalité, son travail et ses intérêts, voici le résultat:

Tout a commencé ici en 2005. En sortie scolaire avec ma classe d’histoire des arts, nous allons au Musée d’Orsay.

Tu connais l’école Olivier de Serres? M’a demandé ma professeur en voyant que je dessinais. 

Non, avais je répondu. Et le mois d’après j’allais aux portes ouvertes, puis au concours et à la rentrée 2006, bac dans la poche, j’entrais en Mise à Niveau pour 5 ans d’études en Arts Appliqués et deux en Arts Plastiques!

 

C’est en Première année à Olivier de Serres que j’ai commencé à remplir des carnets. Depuis, j’ai toujours un carnet et un Rotring 0.20 dans mon sac. 

C’est bien mieux que les photos, cela me permet d’observer plus longtemps, de comprendre, d’interpréter ce que j’ai en face de moi, sur le vif. Je dessine partout et dans toutes les conditions, même pendant les concerts au coeur de la foule, dans le noir pendant des spectacle de théâtre…

Ici, c’était lors d’une soirée de Die Nacht, où je surplombais la piscine Molitor en croquant les danseurs. Un très bon angle de vue!

 

Cela fait cinq ans que je suis avec la fanfare Les Météors, formée à Ods. Je n’ai jamais voulu jouer d’instruments, bien qu’ils me fascinent, mais j’accompagne leurs musiciens dans leurs concerts, je les dessine, je fais des reportages photo de nos tournées sur les routes de France et ailleurs, je les présente en faisant passer le chapeau, je sérigraphie leurs tee shirt… Une bonne équipe de copains avec lesquels on a monté nos ateliers à St Denis.

Et puis rien ne m’empêche d’aller dessiner les autres fanfares parisiennes! Ce dessin relate un set des Chilis lors d’un événement organisé par la Grande Masse.

//

Youloune a integré l’equipe KSAT en Novembre cet année. Elle va présenter une installation et une performance en occasion du prémier KSAT CAMP, le 15 Décembre 2012. Venez la découvrir!

Site de Youloune

Subscribe / Diffuse / Participate! December 15th it’s KSAT CAMP#1!

Inscrivez-vous sur la guest-list pour participer à KSAT CAMP#1 le 15 Décembre 2012!!
Subscribe to our guest-list in order to participate at KSAT CAMP#1 on December 15th, 2012!!

Here is the link for the guest-list: http://eepurl.com/slytP

Facebook event: http://www.facebook.com/events/117446051751946/

 

LISEZ NOTRE COMMUNIQUE DE PRESSE

 

READ OUR PRESS RELEASE

 

A big thank you to our partners: STREETPRESS + REVUE OSCILLATIONS

See you there!