Capture d’écran 2013-12-16 à 16.55.57

Artist’s Portrait : Yasmine Tashk

Yasmine and me met quite a while ago because of some strange astral connections.
She’s a natural born illustrator and art flood in her veins although her scientific studies.
Thanks to Thibault’s help, we will discover the place where she works on her new projects, as well as some past experimentations with animation and comics. Here is my partner in crime, Yasmine. Enjoy.

Go to Yasmine’s blog and know more about her!

Artist's Portrait : Kazuma Eekman

Artist’s Portrait : Kazuma Eekman

In a quite cold dutch night I visited KAZUMA EEKMAN apartment (and studio) in west Rotterdam. He lives with his friend Lizar and their house is full of little artpieces, tools, puppets, coloured posters and memories of past trips. We talked about fake dollars, zwarte piet and dutch maccaroni. Kazuma joined KSAT project in 2010, for its 3rd edition about « Mind Trips » and he never left us after that. He’s half dutch and half japanese. You’ll see him in december again, participating to KSAT 7th issue exhibition, in Post Office, Rotterdam.

Filmed by Martina Margini
Rotterdam, November 2013

Music Luke Abbott – Modern Driveway

KAZUMA1

BACKSTAGE: Kazuma and the noodle soup

Our friend Kazuma Eekman is currently in Japan for a school exchange at Zokei University. He’s originary from Rotterdam and previously participated at KSAT#3 « Mind Trips » and KSAT#5 « Visions of the future » with his really cool illustrations. He decided to keep collaborating with KSAT from Asia too. He sent us a little glimpse of his latest work, that you can check here below. His arworks and the ones of Horikoshi Kota are now on their way to Europe to be exposed on the next KSAT#6 launch exhibition at the Maison du Portugal in Paris. We love his work and we suggest you to come on June 29th to see its piece and to discover lots of other interesting artists!

Sayônara!

Some pictures from Kazuma’s Japan Atelier and his work in progress for KSAT

image 2

Tracer la vie à l’encre noire – Youloune

La première fois que j’ai eu sous mes yeux les croquis de Youloune j’ai été émerveillée par leur personnalité. Comme s’ils étaient vivants, ils me parlaient.

Ses dessins vibrent en fait de l’énergie transférée par les actions qu’elle capture à travers la ligne constante de son trait graphique. Elle nous amène dans un monde d’histoires de danse, d’instants, d’émotions, de regards indiscrets sur l’intimité des gens dans la rue, des rythmes de fête et de joie. Sa capacité à transférer des scènes de la vie quotidienne sur des surfaces inanimées et matérielles ne se limite pas seulement au medium du papier, elle est aussi artiste textile.

Elle transporte son énergie créative sur des objets tridimensionnels, en lui donnant cet esprit dynamique et coloré.
J’oserai dire qu’on voit transparaître, à travers les pièces de Youloune, la vivacité de son regard sur la vie, à la fois regard d’enfant, joyeux et curieux, on la voit dessiner les horizons des relations humaines, elle cherche à attraper le geste éphémère de la vie.
Je n’ai jamais vu Youloune en total black (et probablement on ne la verra jamais). Ca nous dit beaucoup de choses sur son démarche.

J’ai demandé à Hélène de mes donner 3 indices pour découvrir sa personnalité, son travail et ses intérêts, voici le résultat:

Tout a commencé ici en 2005. En sortie scolaire avec ma classe d’histoire des arts, nous allons au Musée d’Orsay.

Tu connais l’école Olivier de Serres? M’a demandé ma professeur en voyant que je dessinais. 

Non, avais je répondu. Et le mois d’après j’allais aux portes ouvertes, puis au concours et à la rentrée 2006, bac dans la poche, j’entrais en Mise à Niveau pour 5 ans d’études en Arts Appliqués et deux en Arts Plastiques!

 

C’est en Première année à Olivier de Serres que j’ai commencé à remplir des carnets. Depuis, j’ai toujours un carnet et un Rotring 0.20 dans mon sac. 

C’est bien mieux que les photos, cela me permet d’observer plus longtemps, de comprendre, d’interpréter ce que j’ai en face de moi, sur le vif. Je dessine partout et dans toutes les conditions, même pendant les concerts au coeur de la foule, dans le noir pendant des spectacle de théâtre…

Ici, c’était lors d’une soirée de Die Nacht, où je surplombais la piscine Molitor en croquant les danseurs. Un très bon angle de vue!

 

Cela fait cinq ans que je suis avec la fanfare Les Météors, formée à Ods. Je n’ai jamais voulu jouer d’instruments, bien qu’ils me fascinent, mais j’accompagne leurs musiciens dans leurs concerts, je les dessine, je fais des reportages photo de nos tournées sur les routes de France et ailleurs, je les présente en faisant passer le chapeau, je sérigraphie leurs tee shirt… Une bonne équipe de copains avec lesquels on a monté nos ateliers à St Denis.

Et puis rien ne m’empêche d’aller dessiner les autres fanfares parisiennes! Ce dessin relate un set des Chilis lors d’un événement organisé par la Grande Masse.

//

Youloune a integré l’equipe KSAT en Novembre cet année. Elle va présenter une installation et une performance en occasion du prémier KSAT CAMP, le 15 Décembre 2012. Venez la découvrir!

Site de Youloune